Chers lecteurs,

 

En ces premiers jours de l’année 38, l’actualité quotidienne tient davantage d’un lac placide que d’un océan déchaîné. Nous n’avons que peu de nouvelles du front sur Argus, où on été envoyés nos plus intrépides et expérimentés combattants. “Pas de nouvelle, bonne nouvelle”, comme le dit si bien le dicton… Car après tout, si la planète gangrénée semble immuable et a rapidement pris sa place dans le ciel des hurleventois, les démons sont encore loin d’arpenter les rues d’Hurlevent.

 

Ainsi, l’incertitude peut parfois être réconfortante, voir synonyme d’espoir. Nous ignorons ce qui se passe la haut, si ce n’est qu’ils luttent sans relâche pour nous qui sommes restés en bas. Et si le quotidien et son éternelle torpeur reprennent souvent le dessus, nous ne les oublions pas.

 

L’actualité a donc été marquée par les fêtes du Voile d’Hiver, mais aussi par quelques faits divers qui ont attiré notre attention. Suite à plusieurs échos que nous avions reçu concernant les Crocs de Wrynn, la IVème compagnie du VIème régiment d’infanterie de Hurlevent, nous avons tâché de entrecouper les témoignages, allant questionner leur Capitaine lui même. Evidemment, que le Garnement allait s’intéresser à la maigre frontière entre morale et loi, et à l’idée si tentatrice de vouloir rendre justice soi même. L’article, rédigé par Robby, mérite, outre des félicitations pour un ton parfaitement adéquat aux humeurs de la Rédaction, de soulever des points qui resteront peut-être sans réponse.

 

Quant au reste de ce numéro, ou plutôt, “gnuméro” – je risque de me faire taper sur les doigts – il est centré sur le peuple gnome. Pourquoi ? Car ils sont souvent méconnus et méritent pourtant de l’être, et qu’ils souffrent de clichés plus ou moins bien entretenus. Comment ? En leur laissant la plume, évidemment.

 

Des quelques gnomes que je connais, j’en compte de très bons amis. Fondamentalement différents. Si parfois cette différence dérange, agace, elle demeure cependant essentielle pour qui veut sortir un peu de son carcan de pensée. Mourir moins idiot, en somme !

 

Mairi Elisabeth O’Hara

Publicités