Allifeur Tournepignon, moustachologue auteur de la thèse Ce que votre Moustache dit de vous, et co-auteur de La moustache, ce deuxième cerveau a été alarmé par la méconnaissance majeure des principes de sociologie pilosubbuccale à Hurlevent. Le Garnement vous propose donc une campagne d’information populaire pour éduquer le Royaume du Lion sur ce sujet majeur.

 

 

L’art de la Moustache a beaucoup évolué dans le temps, jadis marque de virilité, d’âge ou de négligence, la promotion de l’intelligence et du mérite dans la société Gnome a drastiquement changé son statut. En effet, le gnome penseur ne peut s’empêcher de tortiller sa moustache et de la tailler inconsciemment. Ainsi sa forme et son inclinaison dit énormément à propos de son auteur.

 

Entretenir une moustache est un travail qui demande une régularité et de la durée, deux points majeurs valorisés dans tous les domaines… Ainsi, les gnomes les plus talentueux ont naturellement tendance à avoir des sculptures de poil de meilleure qualité.

 

Les plus directs et francs tailleront généralement leur moustache comme des pointes, droites et directes sans dérives quelconques. Ceux en besoin d’équilibre et de stabilité adopteront plutôt la structure rotative du nombre d’or. Enfin, les plus bourrus et plus reclus ne tailleront rien. Laissant la moustache se confondre à la barbe dans un amas de poils.

 

Ceux-là, on les surnomme les barbus, les gnomes les plus incompréhensibles du lot, même pour leurs compères. C’est bien triste, individuellement ils sont parmi les plus compétents mais ont plus de difficulté à collaborer dans des projets communs. Lorsqu’ils arrivent à prendre davantage conscience d’eux même ils peuvent devenir de grandes figures, c’est notamment le cas de notre Grand et Honorable bricoleur, Gelbin Mekkanivelle.

 

Il est un pragmatique et ne s’intéresse pas beaucoup à l’apparat, préférant la logique pure aux artifices, mais il sait tout de même saisir l’effet de l’apparence sur le monde extérieur. C’est en ne s’encombrant presque pas de pensées parasites de ce genre qu’il put se dédier intégralement au bricolage, créant de nombreuses merveilles mécaniques utiles à beaucoup de gnomes encore à ce jour : Le mécano-trotteur, le tram des profondeurs, le poulétisateur, et plus encore.

 

Et au milieu de tout ça il y a les gnomes imberbes. A un jeune âge il est le signe d’une certaine inexpérience, une indécision vis-à-vis de son futur… Mais au fur et à mesure que le temps passe, il devient le signe d’une personnalité discrète préférant cacher sa véritable nature. Si un gnome mâle de votre entourage n’a pas de moustache malgré son âge, il vous cache probablement des choses, peut-être est-ce un agent secret étudiant votre sujet ?

 

 

Allifeur Tournepignon