Ça sent la bière, du Loch au Paluns

Ça sent la bière, mais qu’on est bien

Ça sent la bière, du Loch au Paluns

Ça sent la bière, donne-moi ton nain

 

C’est plein de Tonnebière,

Et de ses cousins et arrière-cousins,

De Tristevin l’Ancien,

C’est plein de gens du nord,

Qui mordent comme des nains,

Le port qui dort, le ventre plein.

 

C’est plein de verres pleins,

Qui vont de foire jusqu’à l’écumoir,

Vieilles au matin,

C’est plein de jours morts,

Et d’amours gelés,

Chez nous y a qu’l’été,

Que les naines ont un corps,

 

C’est plein de finissants,

Qui soignent leurs souvenirs,

En mouillant de rires,

Leurs poiluchons blancs,

C’est plein d’vétéran,

Qui soignent leur goutte,

En caracolant tout en s’plaignant.

 

C’est plein d’Forgefer,

C’est plein de mains d’nains,

Aux croupes des naines,

C’est plein de mèmères,

Qui ont depuis toujours,

Un sein pour la bière,

Un sein pour l’amour.

 

C’est plein d’horizons,

À vous rendre fous,

Mais l’alcool est blond,

Et le baril est à nous,

Les gens sans compagne,

Ont besoin des deux,

On fait des montagnes,

Avec ce qu’on peut,

 

Ça sent la bière

De Loch au Paluns

Ça sent la bière

Donne-moi ton nain.

 

 

De Grimli Barbe Antique