Cela ne fait pas un mois qu’il a arrêté, que le Garnement n’a pas résisté à reprendre la plume. Il taira, par pudeur, les raisons de cet arrêt, s’étant déjà suffisamment penché sur la question dans sa “dernière bafouille”, qui finalement s’avère être non un point final mais un point de suspension, apprécié de ceux qui aiment manier le suspens.

 

Nul désir de créer de l’expectative, le Garnement a bien conscience – et heureusement – qu’il n’est qu’un journal, des mots couchés sur un papier à l’inégale qualité, et que ce qu’il peut raconter n’interfère pas vraiment avec votre quotidien. Dans ce cas, pourquoi un retour à la plume ? Tout simplement parce qu’après avoir géré – à défaut d’avoir réglé – plus ou moins efficacement les désagréments qui le concernait, nous avons estimé qu’il restait encore bien des choses à écrire. C’est vous qui faites la richesse de l’information et de l’évènement. Vos initiatives, vos personnalités et vos ambitions. Et cette information est plus présente que jamais. Havrefiel, Conclave, Chancellerie et élections à venir… Nul doute que nous ne manquerons pas, à l’avenir, de choses à dire.

 

Une autre motivation, celle-ci plus personnelle, tient à l’incapacité de résister à faire un joli pied-de-nez à tous les vautours, souvent bien intentionnés, qui sont venu toquer à notre porte afin de tâter la température. Mais du cadavre encore tiède, nous avons finalement refusé de glisser un orteil dans la tombe, au risque de se retrouver six pieds sous terre.

Le Garnement ne refusera jamais l’aide et la main tendue qu’on lui propose, si celle-ci se garde de lui faire un doigt d’honneur. S’il y a bien une chose dont il peut s’enorgueillir, c’est de demeurer indépendant, bravant les eaux troubles dans une barque, modeste, mais qui pour l’instant ne présente que peu d’avaries.

 

N’hésitez pas à venir nous voir, à nous faire part des sujets qui vous intéressent, des zones d’ombres que vous voudriez voir éclaircies. Cela prend du temps bien souvent, et le succès est loin d’être garanti, mais le jeu en vaut la chandelle !

 

Que vous soyez plus doué une lame qu’une plume à la main, sachez aussi que l’on recrute. On a besoin de bras, affutés ou non. Le Garnement est plus en forme que jamais. Il cherche non pas à grandir mais à se renouveler, et en cela, il a plus que jamais besoin de vous !

 

Mairi Elisabeth O’Hara

Publicités