N’importe qui ayant séjourné plusieurs mois dans la capitale aura sûrement déjà remarqué quelques visiteurs exotiques foulant les pavés de la cité, mêlant les autochtones à des cultures chaque fois un peu plus insolites. L’on a ainsi vu passer année après année des draeneis de toutes tailles, des worgens de toutes dents ou pandarens de tout poils, pour ne citer que les cas les plus marquants… Bien que cela ai pu générer quelques conflits aux premiers contacts, cette expérience cosmopolite a majoritairement forgé un sens aiguë de la diplomatie chez les habitants de la ville, laissant couler certains problèmes pour ne pas enclencher de plus grands conflits. Hélas cela est loin d’être suffisant pour assurer une harmonie réelle entre les races : malgré la sur-exposition aux peuplades étrangères, les connaissances réelles entre peuples alliés sont terriblement limitées. Ainsi de petits conflits et accidents idiots continuent d’émerger auprès de races qui se connaissent pourtant depuis des décennies, des problèmes qui pourraient être évités de façon extrêmement simple.

 


Les cas sont d’autant plus fréquents auprès des Gnomes, grands incompris de l’Alliance dont la belle culture est très différente des mœurs communes. Nombreux sont les gnomes qui ont tenté de pallier ces incompatibilités par la lecture du Guide d’Aide aux Gnomes (G.A.G.), mais un effort actif doit être opéré dans les deux sens. Je vous propose donc de vous inculquer sept astuces à ne jamais oublier quand vous vous adressez à un gnome.

 

  • Tout d’abord, évitez autant que possible l’usage d’expressions, soyez aussi littéral et précis que possible. Bien que ces tournures vous semblent simples à comprendre, elles sont totalement contre-intuitives pour le cerveau gnome nécessitant une gymnastique mentale que certains oublieront parfois de faire. L’on retiendra ainsi le cas lugubre de l’animateur festif Digge Animoscope à qui l’on avait demandé de « mettre le feu ce soir ». Des dizaines de personnes sont mortes dans l’incendie. N’utilisez pas d’expressions.

 

  • N’agissez pas comme si les gnomes savaient tout faire : Bien que nous avons tous suivi trente-cinq années d’études MINIMUM, cela ne veut pas dire que nous allons vous fabriquer votre gnomonophone durant notre temps perdu ! Bien sûr, nous le pourrions, mais il y a des professionnels chargés à cette fonction, largement plus compétents. Quitte à nous proposer de bricoler, ayez au moins la pudeur de nous demander d’être inventif.

 

  • N’utilisez pas le terme de « petit » afin de nous évoquer, celui-ci est scientifiquement inexacte. Les études ont démontré de façon purement affirmative que les gnomonoïdes de type A se trouvaient au juste milieu dans l’ordre de grandeur du règne animal, mesurant en moyenne un gnomètre (aussi nommé MGM, Mètre Grosso-modo). Hors, le « petit » n’est défini qu’en dessous du gnomètre.

 

  • Pas de contacts physiques, gardez-vos distances jusqu’à ce que familiarité soit autorisée ! Outre l’hygiène discutable de certains, l’on a déjà reporté plusieurs cas de gnomes sauvagement écrasés, ou comprimés par des étreintes brutales. Veuillez décompresser sans endommager l’intégrité physique de nos camarades, à cause de vous certains ne pourront vivre que dans deux dimensions d’existence à présent.

 

  • N’ayez pas peur d’être artificiel. Contrairement aux elfes de la nuit qui vous en voudront de manquer de naturel, nous pensons qu’il est important de savoir devenir soi-même un peu une invention à part entière. Savoir inventer sa propre personne, c’est un peu se rapprocher de la perfection. En règle général, vous pouvez impressionner n’importe quel gnome en imitant le robot sans jamais sortir de votre rôle… Voilà donc le conseil, devenez un robot.

 

  • Veillez à toujours vous placer de façon géométriquement harmonieuse. Privilégiez autant que possible les formes simples qui communiqueront chez vos amis gnomes un profond sentiment d’apaisement mathématique. Essayez aussi de miser énormément sur la symétrie des situations et vous obtiendrez une combinaison gagnante !

 

  • Sentez la sueur et les machines. Il n’y a rien de plus agréable pour un gnome que de se sentir entouré de la bonne odeur rassurante des usines, lui laissant l’impression de ne jamais s’être vraiment totalement éloigné du travail même quand il est avec vous. Les dialogues seront ainsi facilités, et en plus il n’y a pas besoin de s’encombrer de ces parfums hors de prix dont les hauts-elfes ont le secret.

Nous espérons que ces points basiques vous aideront à faciliter le dialogue avec vos amis gnomes. Ils ont tellement à vous apprendre….

 

 

Allifeur Tournepignon