Mais qu’en pensent les concernés ? Je parle bien évidemment du Clergé qui a surtout brillé lors du dernier synode par sa fragmentation, désuni, avec chacun sa propre façon de voir la vie de l’Eglise, tant sur le plan militaire que organisationnel. Or, à l’époque la plus sombres d’Azeroth, l’heure n’est elle pas à l’unification pour rassurer et joindre tous les fidèles sous une même bannière ?

 

 

Comme dans tout mariage qui part à vau-l’eau, les tords sont sans doute partagés et lorsqu’on demande au Père Brunnus, secrétaire du Conseil des évêques, comment on peut expliquer cette désertion, il nous répond que c’est un phénomène qui dure depuis quelques temps déjà et que l’Eglise en est bien au courant. Beaucoup de fidèles se seraient éloignés de la Cathédrale suite à la disparition de l’Archévêque Benedictus et de l’Evêque Farthing. Père Brunnus admet qu’à ce moment là, le Clergé n’a pas su réagir promptement, accentué par le fait que feu Sa Majesté Varian Wrynn n’était pas le plus fervent des croyants et que sa confiance en l’institution était très limitée. Néanmoins, l’espoir n’est pas perdu pour autant, confesse-t-il, car l’Héritier Anduin Wrynn a été guidé par le Prophète Velen sur les enseignements de la Lumière et que cela permettra à la Cathédrale de la Lumière de retrouver ses fidèles. Oui, mais pas que, le Synode dont on parle tant vise-t-il à réconcilier les croyants avec le Clergé ? Face à cette insistance, le Père Brunnus nous répond que les débats sont volontairement fermés au public car certains sujets seraient trop délicats à appréhender par leur degré de spécificité sur les questions théologiques, au risque d’égarer davantage les fidèles. Néanmoins, il nous assure que la question de l’ouverture de l’Eglise sera abordée et qu’il en découlera des actions concrètes pour se tourner vers son prochain. Il souligne par ailleurs que les résumés des débats sont communiqués publiquement ainsi que les décisions qui ont été prises. Pour résumer, la Cathédrale de la Lumière compte bien nous surprendre d’idées “lumineuses” pour voir naître un avenir plus radieux.

 

 

Fergus Brytbald