“Vous êtes Hedera…”

“Vous êtes la tribune de la Garde…”

 

Non, chers lecteurs. Nous sommes simplement le Garnement. Et on compte bien se faire entendre en tant que tel. Mais visiblement, puisque ce simple fait demeure opaque tant pour ceux qui veulent voir tomber l’ordre établi que pour ses plus fervents défenseurs, le Garnement se permet – il n’est pas coutume – d’exposer une petite leçon qui, il l’espère, éclairera vos lanternes.

 

Les aspirations du Garnement :

 

Le Garnement se veut une tribune ouverte aux débats, pour laisser le moyen à tous de s’exprimer. C’est dans cette idée que nous avons publié la tribune d’Allifeur Tournepignon mais aussi la réponse du Chancelier Al-Rakim ; la lettre du Père Bugli et la réponse des membres de la Cathédrale; le Guet Urbain et… Ah mince. Il n’y avait personne pour répondre.

 

Avant de donner un avis, il faut pouvoir se renseigner. C’est la seconde motivation du Garnement : tenter de délivrer une information fiable à tous, sans langue de bois. La vérité suffit souvent d’elle même, et les lecteurs sont suffisamment malins pour en tirer les conséquences.

 

Enfin, le Garnement est partisan d’une seule cause, et il ne s’en est jamais caché : d’un code des délits et des crimes qui se doit d’être plus précis, plus juste, et accessible à tous ceux qu’il concerne. Pourquoi ? par simple souci d’égalité. Nous sommes tous responsables devant la justice de notre Roi. Si ce sont des hommes – élus, et nommés par des élus – qui sont en charge d’écrire la justice autant que de la rendre, qu’ils commencent par encadrer leurs propres prérogatives. Par des articles, précis et clairs, plus que par quelques phrases glissées habilement que n’importe quel tribun, même garnement, serait capable de faire.

 

Les certitudes du Garnement :

 

Le Garnement se fiche comme d’une guigne de votre race, de vos convictions, de votre statut, que vous soyez noble, miséreux, défenseur de l’ordre, révolutionnaire, sur le chemin de la rédemption ou un pied dans la tombe. Le Garnement n’est pas manichéen, ne voit pas Azeroth en noir et blanc mais dans la multitude de gris qui le compose. Même à travers un regard enfantin, il est capable de voir qu’il n’y a pas de “gentils”, et de “méchants”, mais du bon et du mauvais partout, que l’on porte le tabard bleu et or ou que l’on ait passé plus de temps à observer le monde derrière les barreaux d’une cellule qu’à l’arpenter à l’air libre. Il laisse sa chance à tous, car les plus belles histoires viennent souvent de la bouche de ceux qui n’ont pas l’occasion de les conter ou le pouvoir d’être écouté.

 

Le Garnement est engagé dans une quête de vérité. Engagé, et indépendant, quoi qu’en dise les moqueurs qui se contentent d’attendre sagement de recevoir l’information, si possible dans une cuillère en argent. Venez donc couper quelques légumes pour faire la soupe, avant de vouloir la déguster. En général, elle est meilleure chaude.

 

Enfin, le Garnement est là pour relater la vie en Hurlevent et ailleurs. Pour mettre sur le devant de la scène ceux qui se cachent derrière les rideaux de soie pourpre. Pour parler aussi bien d’un concours de mangeurs de saucisses que de la refonte du Code des délits et des crimes.

 

CQFD :

 

A ceux qui nous considèrent comme le porte parole du mouvement Hedera (Du point de vue de la Rédaction, le sentiment est plus proche, actuellement, à celui de Bouc émissaire, NDLR), arrêtez de nous envoyer vos candidatures et allez donc frapper à une autre porte.

 

A ceux qui nous accusent d’être la tribune du Guet Urbain, de la Chancellerie ou de qui sais-je d’autre, remontez-vous donc les manches. Vous avez du solide, de quoi raler ? Vous êtes témoin d’une injustice ? Et bien, notre porte vous est grande ouverte et notre oreille attentive.

 

Il est temps de vous mouiller un peu, bon sang ! Bas les masques, haussez le ton et faites vous entendre. Signer un papier n’a jamais tué un Garnement, et vous verrez, l’eau n’est finalement pas si froide.

 

 

Mairi Elisabeth O’Hara

Publicités